Cette page est en cours d'écriture.

1986

Dix ans après, le Vauquelin est désarmé. Il ne portera plus le numéro D628, il deviendra le Q654 le 6 avril 1987. (Source NetMarine)


Le Vauquelin prendra la rouille de longues années avant, de servir de cible pour les navires plus récents. Comme le Corse bien des années avant, .


Puis sera coulé en méditeranée le 13 février 2004 par un « strike » de Super-Etendard du Charles de Gaulle, puis pétardé par des plongeurs-démineurs du GPD Méditerranée. (Source NetMarine)


Je ne suis pas sûr que ces images concernent le Vauquelin. Mais c'est aussi le même T47. D'autres images sur "pinsmarine"

Le navire n'existe plus. Ne restent que des images et les souvenirs des anciens qui ont embarqué à son bord. Pour beaucoup, pour ne pas dire tous, ce n'est pas sans un pincement au cœur que d'avoir pris connaissance de la fin du navire. Les anciens du Vauquelin n'ont pas l'exclusivité de ce sentiment. Les marins ont tous eu un attachement sentimental pour les bâtiments à bord desquels ils ont passé quelques mois, voire quelques années de leur éxistence. Je ne fais pas exeption. Peut-être est-ce la raison de ces écrits.

La Vauquelin n'existe plus, mais, quelques éléments ont été préservés pour la postérité. Pour ma part, j'en connais deux.
Le premier, c'est au musée naval de Brest. Lors d'une visite au cours des années 1990, j'ai eu la surprise d'y trouver le tableau de commande de la machine arrière. A l'époque je pensais que c'était celui de la machine avant. Et pour cause, à même machine, même équipement de contrôle. J'ai eu moult fois l'occasion de passer devant à l'occasion des rondes sécu que nous faisions à la fin de chaque quart. Dans cette partie du navire, il y avait un tuyau de réfrégiration relatif aux installations ASM dont il fallait vérifier au toucher le bon fonctionnement.


L'objet tel qu'il est exposé au musée naval à Brest

Il va sans dire que je pris un "coup de vieux" Pensez, une chose que j'ai côtoyé dans ma jeunesse en état de marche et que je retrouve au musée ! Il en va ainsi du temps qui passe. Il est un autre objet, beaucoup plus éloquent celui-là. Je l'ai remarqué dans une niche sur l'escalier qui mène aux bureaux du CESM à Paris.

C'est la cloche du Vauquelin. Objet ô combien emblématique d’une certaine époque de la marine. Les nouvelles unités en sont-elles équipées ? Je l’ignore encore pour l’instant. Mais devrais le savoir rapidement.


Mes remerciements à l'ensemble du CESM en général et à l'aspirant (J'attends son autorisation pour peut-être la citer) pour ce très beau document.





En contrepoint de la vidéo en avant-propos.
Les mêmes activités quarante ans après.




Peut-être cet ouvrage verra-t-il le jour ?
Reste à savoir si les lecteurs potentiels seront en nombre.
Faites le moi savoir...
courriel@d628-vauquelin.fr





REMERCIEMENTS
Pour m'avoir donné l'accès au journal de bord du Vauquelin:

La direction de la mémoire, du patrimoine et des archives à Paris.
Le Service Historique de la défense à Vincennes.
Le Service Historique de la défense à Brest.


Remerciements également pour de superbes photos:

Daniel Bellenge.
Francis Pestelle.
Jean-Paul Banfi.
Joel Issadjy.
Serge Bourhis.
Serge Duprat.
Johann.
Gérard Guesdon.




1